Joe Jackson le rapace.

Le père de Michael Jackson veut une pension mensuelle prélevée sur l’héritage de son fils Michael. La justice a accepté hier d’examiner la demande.
Depuis la mort de Michael Jackson, Joe Jackson est obnubilé par un seul objectif : toucher une part de la fortune de son défunt fils. Le père honni du Roi de la pop n’a pas digéré que son enfant ne lui laisse rien en héritage. Une véritable gifle donnée en mondovision.
Que son humiliante exclusion du testament le montre aux yeux de tous comme un père détesté de son fils, passe encore pour Joe. Non, cet ultime bras d’honneur de Michael a touché son père à sa seule partie sensible : le portefeuille. Ulcéré de ne pas pouvoir puiser dans la fortune du chanteur, Joe Jackson tente tout et n’importe quoi pour récupérer quelque chose.
Dernier essai en date : obtenir une pension mensuelle de 15 000 dollars prélevée sur l’héritage de Michael Jackson. Pour justifier cette requête, il avance qu’il ne peut plus assumer les dépenses liées aux visites rendues à ses enfants et petits-enfants. Pathétique. Sauf pour lui.
Après avoir essuyé un refus de la part des administrateurs de la fortune de son fils, il a porté l’affaire devant la justice. Hier, un juge de Los Angeles a annoncé qu’il entendrait les arguments de Joe le 26 mai prochain. C’est lui faire trop d’honneur…
C.G.

.

.

Joe Jackson le rapace.

Le père de Michael Jackson veut une pension mensuelle prélevée sur l’héritage de son fils Michael. La justice a accepté hier d’examiner la demande.
Depuis la mort de Michael Jackson, Joe Jackson est obnubilé par un seul objectif : toucher une part de la fortune de son défunt fils. Le père honni du Roi de la pop n’a pas digéré que son enfant ne lui laisse rien en héritage. Une véritable gifle donnée en mondovision.
Que son humiliante exclusion du testament le montre aux yeux de tous comme un père détesté de son fils, passe encore pour Joe. Non, cet ultime bras d’honneur de Michael a touché son père à sa seule partie sensible : le portefeuille. Ulcéré de ne pas pouvoir puiser dans la fortune du chanteur, Joe Jackson tente tout et n’importe quoi pour récupérer quelque chose.
Dernier essai en date : obtenir une pension mensuelle de 15 000 dollars prélevée sur l’héritage de Michael Jackson. Pour justifier cette requête, il avance qu’il ne peut plus assumer les dépenses liées aux visites rendues à ses enfants et petits-enfants. Pathétique. Sauf pour lui.
Après avoir essuyé un refus de la part des administrateurs de la fortune de son fils, il a porté l’affaire devant la justice. Hier, un juge de Los Angeles a annoncé qu’il entendrait les arguments de Joe le 26 mai prochain. C’est lui faire trop d’honneur…
C.G.

.

.

Adopte un mec!





Finis les sites traditionnels de rencontre sur Internet. Dépassés surtout, avec l’arrivée sur la Toile d’un petit dernier prêt à tout chambouler : AdopteUnMec.com. Avec ce site, les femmes fixent désormais les règles du jeu de la drague en ligne…
Le concept est simple : « AdopteUnMec.com est le site des femmes, par les femmes, pour les femmes ». Un slogan qui a le mérite d’être clair. Sur ce site, la gente féminine détient le pouvoir, et elle ne se prive pas pour s’en servir. A l’heure du triomphe des executive women, ces femmes cumulant avec succès carrière professionnelle et vie familiale épanouie, AdopteUnMec.com a touché juste.
Le site surfe sur la vague d’un néo-féminisme affirmé, flatte l’ego des célibataires nouvelle génération… Des femmes modernes et indépendantes qui veulent prendre elles-mêmes les devants. L’inscription est gratuite quel que soit le sexe. La nouvelle adhérente (une majorité de femmes autour de la vingtaine) découvre alors un univers fait sur mesure pour coller à ses attentes. Sur fond de rose et de noir (tons érotico-glamours qui annoncent de suite la couleur…), des dizaines de photos d’hommes s’offrent à elle. « Pablo30, 26 ans, Nîmes », « ThéoXxX, 31 ans, Montpellier »… les produits s’accumulent dans le catalogue d’ « hommes-objets à câliner ». “Produits”, le terme peut surprendre, mais c’est là tout le concept du site. Sur la page d’accueil, l’équipe propose les « promos du jour » (profils d’hommes mis en avant), présente aux mâles les « nouvelles clientes à satisfaire », met en tête de gondole les « produits régionaux » (profils ciblés géographiquement pour favoriser les rencontres). Et la métaphore est filée sur tout le site. L’utilisatrice peut ainsi faire son « marché », aiguillée par une « shopping list » qu’elle a préalablement établie grâce à une palette de critères.
De la couleur des yeux aux mensurations, du style de vie à la pilosité, tout est pris en compte pour trouver l’homme parfait… ou quelqu’un qui s’en approche. Même si être fan des Beatles, aimer Houellebecq et désirer cinq enfants et un chien peut compter dans la vision féminine du partenaire idéal, ne nous trompons pas, c’est d’abord à partir des photos que l’imaginaire s’emballe. Femmes et hommes peuvent en télécharger sept, représentant obligatoirement la personne, sans effets ni trucages. Habillés ou non, à eux de voir. « Les photos topless sont tolérées, mais cachez vos sexes ! » édicte le site dans ses « règles de prudence ». Moins de minauderies lorsqu’il s’agit de la rubrique « sexo », que seules les femmes sont invitées à remplir. Pratiques sexuelles, type de lingerie, position préférée, accessoires utilisés, les créateurs du site n’ont pas oublié qu’avant de trouver l’amour de leur vie, les utilisateurs trouveront d’abord des relations plus… terre-à-terre.
« Jouer sans complexe avec la marchandisation de l’homme »
Contrairement aux autres sites de rencontres, sur AdopteUnMec, les hommes ne peuvent pas entrer en relation avec une femme s’ils n’y sont pas invités. Seul moyen : envoyer un « charme » à celle qui leur fait tourner la tête.
Dans la liste des sorciers virtuels, l’adhérente explore les fiches personnelles, décide ou non d’adopter le candidat à l’amour et de le mettre dans son « panier » ou « caddie » (lieu où sont stockés tous les spécimens choisis). Cette étape passée, les âmes esseulées entrent enfin en communication avant, si le virtuel laisse place au réel, d’entrer en communion.
« Lorsqu’elles s’inscrivent sur un site de rencontre, les femmes ont parfois l’impression de tomber dans un guet-apens : elles n’ont pas mis une seule photo qu’elles reçoivent des dizaines de messages plus ou moins subtils. AdopteUnMec.com a pris en compte cette réalité et joue donc sans complexe avec la marchandisation de l’homme » explique le site. Et il faut croire que les adhérents ne s’offusquent pas d’être réduits à l’état d’hommes-objets. Plus de 250 000 inscrits depuis l’ouverture du site en octobre 2007, 2 000 nouveaux inscrits par jour (+ 3 %)… des chiffres qui laissent perplexe et qui ont fait d’AdopteUnMec le troisième site de rencontre français en termes de trafic web (source : alexa.com).
A l’origine de ce concept qui vient faire un pied de nez aux mastodontes du créneau Meetic.com et Match.com, deux jeunes colocataires, développeurs informatiques de métier. Manuel Conejo (29 ans) et Florent Steiner (30 ans) ont « voulu faire un site de rencontre différent, moins froid, plus jeune, plus ludique, où les femmes se sentiraient à l’aise ». Et les hommes, libérés du “premier pas” qu’ils hésitent souvent à faire. Seul bémol : il est quasiment impossible pour les utilisateurs masculins de se connecter sur le site entre 17 h et minuit, affluence oblige. « L’accès est limité pour les hommes afin d’équilibrer le ratio H/F online durant cette tranche horaire. Pour avoir un accès prioritaire, il faut avoir invité un certain nombre de personnes sur le site. Tout cela est entièrement gratuit. Prochainement, des options supplémentaires payantes non obligatoires permettront une connexion privilégiée » précise Simon Durning, l’attaché de presse du site.
AdopteUnMec.com a beau se démarquer avec un concept original, porté par les us de la société consumériste, il n’en reste pas moins un site de rencontres pur et simple. La modernité s’arrête et les archaïsmes reviennent lorsqu’on aborde la place faite aux homosexuels sur le site : « AdopteUnMec.com est un site de rencontres entre hommes et femmes exclusivement », rappelle un communiqué de presse du 13 mai dernier. Une restriction bien décevante pour un site qui se veut novateur. Pour Simon Durning, « son concept, son nom et son logo ne sont adaptables qu’aux rapports hétéros. Mais je tiens à signaler que nous accueillons les travestis et bisexuels sur le site. En ce qui concerne les homosexuels, un projet est à l’étude ». Bientôt une déclinaison gay et gratuite des traditionnels sites de rencontres ? En 2008, il serait temps.
AdopteUnMec.com en chiffres :
- plus de 250 000 inscrits depuis l’ouverture du site en octobre 2007
- 2 000 nouveaux inscrits par jour
- 2 millions de pages vues au quotidien
- un temps moyen de connexion de 20 mns (15 pages vues en moyenne)
- plus d’un million d’ « adoptions »
- près de 6 millions de mails échangés
Sur le web : AdopteUnMec.com

.
.

Adopte un mec!





Finis les sites traditionnels de rencontre sur Internet. Dépassés surtout, avec l’arrivée sur la Toile d’un petit dernier prêt à tout chambouler : AdopteUnMec.com. Avec ce site, les femmes fixent désormais les règles du jeu de la drague en ligne…
Le concept est simple : « AdopteUnMec.com est le site des femmes, par les femmes, pour les femmes ». Un slogan qui a le mérite d’être clair. Sur ce site, la gente féminine détient le pouvoir, et elle ne se prive pas pour s’en servir. A l’heure du triomphe des executive women, ces femmes cumulant avec succès carrière professionnelle et vie familiale épanouie, AdopteUnMec.com a touché juste.
Le site surfe sur la vague d’un néo-féminisme affirmé, flatte l’ego des célibataires nouvelle génération… Des femmes modernes et indépendantes qui veulent prendre elles-mêmes les devants. L’inscription est gratuite quel que soit le sexe. La nouvelle adhérente (une majorité de femmes autour de la vingtaine) découvre alors un univers fait sur mesure pour coller à ses attentes. Sur fond de rose et de noir (tons érotico-glamours qui annoncent de suite la couleur…), des dizaines de photos d’hommes s’offrent à elle. « Pablo30, 26 ans, Nîmes », « ThéoXxX, 31 ans, Montpellier »… les produits s’accumulent dans le catalogue d’ « hommes-objets à câliner ». “Produits”, le terme peut surprendre, mais c’est là tout le concept du site. Sur la page d’accueil, l’équipe propose les « promos du jour » (profils d’hommes mis en avant), présente aux mâles les « nouvelles clientes à satisfaire », met en tête de gondole les « produits régionaux » (profils ciblés géographiquement pour favoriser les rencontres). Et la métaphore est filée sur tout le site. L’utilisatrice peut ainsi faire son « marché », aiguillée par une « shopping list » qu’elle a préalablement établie grâce à une palette de critères.
De la couleur des yeux aux mensurations, du style de vie à la pilosité, tout est pris en compte pour trouver l’homme parfait… ou quelqu’un qui s’en approche. Même si être fan des Beatles, aimer Houellebecq et désirer cinq enfants et un chien peut compter dans la vision féminine du partenaire idéal, ne nous trompons pas, c’est d’abord à partir des photos que l’imaginaire s’emballe. Femmes et hommes peuvent en télécharger sept, représentant obligatoirement la personne, sans effets ni trucages. Habillés ou non, à eux de voir. « Les photos topless sont tolérées, mais cachez vos sexes ! » édicte le site dans ses « règles de prudence ». Moins de minauderies lorsqu’il s’agit de la rubrique « sexo », que seules les femmes sont invitées à remplir. Pratiques sexuelles, type de lingerie, position préférée, accessoires utilisés, les créateurs du site n’ont pas oublié qu’avant de trouver l’amour de leur vie, les utilisateurs trouveront d’abord des relations plus… terre-à-terre.
« Jouer sans complexe avec la marchandisation de l’homme »
Contrairement aux autres sites de rencontres, sur AdopteUnMec, les hommes ne peuvent pas entrer en relation avec une femme s’ils n’y sont pas invités. Seul moyen : envoyer un « charme » à celle qui leur fait tourner la tête.
Dans la liste des sorciers virtuels, l’adhérente explore les fiches personnelles, décide ou non d’adopter le candidat à l’amour et de le mettre dans son « panier » ou « caddie » (lieu où sont stockés tous les spécimens choisis). Cette étape passée, les âmes esseulées entrent enfin en communication avant, si le virtuel laisse place au réel, d’entrer en communion.
« Lorsqu’elles s’inscrivent sur un site de rencontre, les femmes ont parfois l’impression de tomber dans un guet-apens : elles n’ont pas mis une seule photo qu’elles reçoivent des dizaines de messages plus ou moins subtils. AdopteUnMec.com a pris en compte cette réalité et joue donc sans complexe avec la marchandisation de l’homme » explique le site. Et il faut croire que les adhérents ne s’offusquent pas d’être réduits à l’état d’hommes-objets. Plus de 250 000 inscrits depuis l’ouverture du site en octobre 2007, 2 000 nouveaux inscrits par jour (+ 3 %)… des chiffres qui laissent perplexe et qui ont fait d’AdopteUnMec le troisième site de rencontre français en termes de trafic web (source : alexa.com).
A l’origine de ce concept qui vient faire un pied de nez aux mastodontes du créneau Meetic.com et Match.com, deux jeunes colocataires, développeurs informatiques de métier. Manuel Conejo (29 ans) et Florent Steiner (30 ans) ont « voulu faire un site de rencontre différent, moins froid, plus jeune, plus ludique, où les femmes se sentiraient à l’aise ». Et les hommes, libérés du “premier pas” qu’ils hésitent souvent à faire. Seul bémol : il est quasiment impossible pour les utilisateurs masculins de se connecter sur le site entre 17 h et minuit, affluence oblige. « L’accès est limité pour les hommes afin d’équilibrer le ratio H/F online durant cette tranche horaire. Pour avoir un accès prioritaire, il faut avoir invité un certain nombre de personnes sur le site. Tout cela est entièrement gratuit. Prochainement, des options supplémentaires payantes non obligatoires permettront une connexion privilégiée » précise Simon Durning, l’attaché de presse du site.
AdopteUnMec.com a beau se démarquer avec un concept original, porté par les us de la société consumériste, il n’en reste pas moins un site de rencontres pur et simple. La modernité s’arrête et les archaïsmes reviennent lorsqu’on aborde la place faite aux homosexuels sur le site : « AdopteUnMec.com est un site de rencontres entre hommes et femmes exclusivement », rappelle un communiqué de presse du 13 mai dernier. Une restriction bien décevante pour un site qui se veut novateur. Pour Simon Durning, « son concept, son nom et son logo ne sont adaptables qu’aux rapports hétéros. Mais je tiens à signaler que nous accueillons les travestis et bisexuels sur le site. En ce qui concerne les homosexuels, un projet est à l’étude ». Bientôt une déclinaison gay et gratuite des traditionnels sites de rencontres ? En 2008, il serait temps.
AdopteUnMec.com en chiffres :
- plus de 250 000 inscrits depuis l’ouverture du site en octobre 2007
- 2 000 nouveaux inscrits par jour
- 2 millions de pages vues au quotidien
- un temps moyen de connexion de 20 mns (15 pages vues en moyenne)
- plus d’un million d’ « adoptions »
- près de 6 millions de mails échangés
Sur le web : AdopteUnMec.com

.
.

La voiture EST la batterie.

Voir le site en source?

Des chercheurs ont développé un nouveau matériau composite qui pourrait bien révolutionner le design automobile et la construction. Imaginez qu’un jour, votre voiture (électrique ou hybride) double sa capacité de stockage électrique (et donc le rayon d’action) de la manière suivante : des composants de la voiture, légers et solides, seraient alors capables de se charger en électricité et de se décharger à volonté. 

Schématiquement : la voiture EST la batterie ! Évidemment, on pourrait penser à étendre le potentiel de cette technologie à d’autres secteurs : téléphones portables ou ordinateurs qui n’auraient alors plus besoin d’une batterie dédiée et lourde.

.