Nicolas Sarkozy se plante avec Hadopi!


Rejoignez la communauté SCIencextrA . .

Nicolas Sarkozy, spécialiste en allaitement maternel, vient de faire 2 grosses blagues au Festival d’Avignon. Attention, c’est tordant !
La première, c’est que grâce à lui et à Hadopi, le piratage a baissé de 35 %. Arf ! Je ne sais pas d’où il sort ce chiffre, mais j’ai de gros doutes. Peut être que le p2p a baissé de 35 %, mais ce qui est sûr c’est que de l’autre côté, le téléchargement direct et le streaming a bien augmenté.
La seconde blague, c’est qu’il vient d’annoncer qu’il y aura bien une v3 d’Hadopi et que celle-ci s’occupera du streaming. Re-Arf ! Tout d’abord parce que contrôler le streaming veut dire violer et re-violer la vie privée des internautes. En effet, pour surveiller le streaming, il faut du DPI, et donc analyser ce qui passe dans les tuyaux chez le fournisseur d’accès. Cela revient juste à espionner tout ce que vous faites sur le net, afin de déterminer si oui ou non, c’est illégal. De plus, c’est totalement débile, car premièrement, ça va coûter un max d’argent en terme d’infrastructure et que secundo, une fois que tous les megavidéos-like seront passés en HTTPS et que les internautes auront pris des abonnements VPN, tout cela ne servira plus à rien. Il serait d’ailleurs bien de rappeler aux gens qui ont inventé Hadopi et qui la font vivre que si le streaming a pris une telle ampleur, c’est tout simplement de leur faute. En mettant la pression sur le p2p, qui était du vrai partage sans argent, entre internautes, ils ont favorisé le développement de sites de téléchargement direct et de streaming, qui eux engrangent l’argent de la pub et des abonnements. Et sur ce point, le petit Nicolas a raison : Le streaming, c’est beaucoup d’argent. J’ai du mal à croire que les gens qui exploitent ce business lucratif restent les bras croisés… ça risque d’être une fois de plus très amusant.
Seul point positif, cette annonce d’Hadopi 3 est un appel à la réflexion à tous les internautes qui seront tentés de voter Nicolas Sarkozy en 2012. Ajoutez à celà cette volonté rechauffée de taxer encore une fois les FAI pour financer encore un truc qui ne va servir à rien (Le Centre National de la Musique) à part filer des jobs bien payés aux copains comme c’était le cas avec l’Hadopi.
Bon, pas besoin d’être devin pour savoir que si le plan Hadopi 3 est enclenché, ce sera voué à l’échec comme l’ont été les 2 premières version de la loi. Une fois que tout ceci sera fini (Qui a dit : à la libération ?), les gens qui bossent chez ou pour Hadopi, arriveront, je l’espère à retrouver un travail. Pas facile le chômedu, mais au pire ils iront bosser chez Orange, comme leur maman Christine Albanel 😉
De l’autre côté de l’Atlantique, c’est moins fun qu’en France. Pas de pitreries de président, mais plutôt un gros travail de bourrinage des lobbies qui viennent de nous pondre un nouveau projet de loi qui va faire mal. Son nom ? SOPA pour Stopping Online Piracy Act (évolution de PIPA… oui je sais…), qui grosso merdo va permettre aux ayants droit de faire directement leur loi, c’est-à-dire de mettre dans une liste noire, un peu comme avec la Loppsi, n’importe quel site qui contiendra un fichier piraté ou un lien vers un fichier piraté. L’angoisse… surtout que si les États-Unis blacklistent un site via les DNS ou via la saisi d’un nom de domaine, cela impactera non seulement les Américains, mais aussi le monde entier.
AOL, eBay, Google, LinkedIn, Mozilla, Twitter, Yahoo!, Zynga, ainsi que 41 associations comme la Free Software Foundation et la Quadrature du Net se sont mobilisés contre cette proposition de loi et l’Europe vient dans le même temps d’adopter une résolution en faveur de la neutralité du net. Ça fait plaisir, mais reste à voir si tout cela sera suffisant.
Imaginons un scénario catastrophe à la sauce SOPA… Demain, j’uploade un film piraté sur Youtube. Les ayants droits font saisir le nom de domaine Youtube.com et paf, plus de Youtube partout dans le monde. Seule solution ? Attendre le veto d’Obama pour sortir le site de la blacklist. D’ailleurs, en parlant de blacklist, une première liste de sites à bloquer a été soumise la RIAA au gouvernement américain :
  • ThePirateBay.org
  • isoHunt.com
  • Torrentz.eu
  • BTjunkie.org
  • Kat.ph
  • Demonoid.me
  • Bitsnoop.com
  • TorrentReactor.net
  • TorrentHound.com
  • Monova.org
  • BTmon.com
  • Fenopy.eu
  • H33T.com
  • SUMOTorrent.com
  • LimeTorrents.com
Tor, Vimeo, Flick, Megaupload, FileSonic, 4shared, Filestube, Warez-bb.org, VKontakte, Sougou pourraient aussi être visés.
Bref, un peu comme chez nous avec l’annonce de Loppsi et d’Hadopi, les internautes et sites d’importance se mobilisent à travers des pétitions et opérations blackout. Tout cela ne reste encore qu’un projet de loi, mais il sera probablement revu et corrigé en plus soft afin de passer sans trop de grabuge, comme cela a été fait avec Hadopi ici.
Faut vraiment avec les nerfs bien accrochés avec tous ces cons, peu importe le côté de l’Atlantique où ils se situent…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s