Production de cellules pancréatiques humaines


Rejoignez la communauté SCIencextrA

Organe complexe, le pancréas est à la fois le site de production d’hormones et l’acteur de leur libération dans l’organisme. La partie endocrine, c’est-à-dire productrice d’hormones, de cet organe est composée notamment de cellules alpha et bêta organisées en îlots dits de « Langerhans », ces cellules produisant respectivement du glucagon et de l’insuline. Rappelons que ces deux hormones régulent le taux de sucre dans l’organisme. La destruction des cellules bêta productrices d’insuline conduit au diabète de type 1 alors que la perturbation de leur fonctionnement entraîne un diabète de type 2, des maladies qui touchent plus de 3 millions de personnes en France.

Depuis une trentaine d’années, des chercheurs du monde entier tentent sans succès de reproduire ces cellules bêta. Or Raphael Scharfmann, directeur de recherche Inserm au sein de l’Unité 845 « Centre de recherche Croissance et Signalisation », en collaboration avec l’équipe du CNRS de Philippe Ravassard du Centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (CNRS/UMPC/Inserm) vient de réaliser cette « première » en produisant des cellules bêta pancréatiques humaines.

La première étape a consisté à transférer dans un fragment de pancréas foetal humain un vecteur viral comprenant un gène « immortalisant » sous contrôle d’un promoteur spécifique des cellules bêta. Précisons que si le vecteur viral peut s’intégrer au hasard dans l’ADN de très nombreuses cellules, le gène immortalisant, lui, a la spécificité de ne s’exprimer que dans les cellules bêta. D’où un avantage sélectif pour ces dernières qui vont alors pouvoir se multiplier sans jamais mourir.

Au cours d’une seconde étape, le tissus pancréatique est transplanté dans l’organisme d’une souris immunodéficiente (scid), permettant ainsi la différenciation et l’amplification des cellules bêta matures. Au bout de plusieurs mois, la tumeur formée est alors retirée et dissociée, et les cellules générées sont amplifiées en culture, des lignées de cellules bêta stables étant alors obtenues. Un protocole complexe qui a permis ainsi aux chercheurs d’obtenir plusieurs lignées, dont certaines ont des propriétés moléculaires et fonctionnelles très proches d’une cellules humaine adulte.

Une vidéo sur les secrets de fabrication de l’insuline est disponible en ligne sur le site de l’INSEM à l’url :
http://redirectix.bulletins-electroniques.com/SilXW

Pour tester l’efficacité de ces cellules, les chercheurs les ont ensuite greffées à une souris diabétique chez laquelle elles ont alors parfaitement restauré le contrôle de la glycémie. Grâce à ces travaux, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue The Journal of Clinical Investigation, de nombreuses équipes dans le monde vont désormais pouvoir travailler avec ces cellules bêta humaines tant attendues. En outre, ces travaux représentent une base solide pour la définition de nouvelles approche thérapeutiques des diabètes. Précisons enfin que cette collaboration scientifique a conduit à la création d’une start-up, EndoCells.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s