Mars Express: Objectif Phobos.


Voir le site en source?

Mars Express entame aujourd’hui une série de survols de Phobos, la plus grande lune de Mars. La campagne atteindra son apogée le 3 mars, lorsque la sonde effectuera le plus proche survol de Phobos jamais effectué, frôlant sa surface à 50 km à peine de distance. Les données collectées pourraient bien nous aider à lever le voile sur l’origine de cette lune mystérieuse.

La dernière campagne de survols de Phobos a commencé aujourd’hui à 06h52 heure de l’Europe centrale (05h52 UT), quand Mars Express s’est approchée à 991 km de la surface dépourvue d’atmosphère de Phobos. Les survols vont se poursuivre à des altitudes variées jusqu’au 26 mars, date à laquelle Phobos deviendra hors de portée. Ces survols sont l’occasion de procéder, pour la première fois, à des investigations scientifiques supplémentaires avec Mars Express, la sonde ayant été construite pour étudier la planète rouge et non sa lune grise.

« Étant donné que Mars Express se trouve sur une orbite polaire elliptique dont la distance maximale à Mars est d’environ 10 000 km, nous passons régulièrement devant Phobos. C’est une occasion rêvée pour effectuer des travaux scientifiques supplémentaires » explique Olivier Witasse, responsable scientifique du projet Mars Express.
En 2009, l’équipe de la mission avait décidé d’ajuster l’orbite de Mars Express pour éviter que l’approche au plus près de la sonde n’intervienne du côté nocturne de la planète. L’équipe de contrôle de vol du Centre européen d’opérations spatiales de Darmstadt, en Allemagne, avait alors présenté plusieurs scénarios possibles, dont un permettant de faire passer la sonde à 50 km à peine de la surface de Phobos. « C’était la plus faible distance de laquelle on nous aurait laissés survoler Phobos », explique Olivier Witasse.
 http://w.video.hk.yahoo.net/video/dplayer.html?vid=1227961

Ce survol le plus proche concentre toutes les attentions car il constitue une occasion sans précédent de cartographier le champ gravitationnel de Phobos. En effet, à cette distance, Mars Express devrait ressentir les variations de l’attraction exercée par Phobos, en fonction de la partie de la lune la plus proche à un moment donné. Cela permettra aux chercheurs de se faire une idée de la structure interne de la lune.

Les survols précédents de Mars Express avaient permis d’obtenir une valeur précise de la masse de Phobos et la caméra HRSC (High Resolution Stereo Camera) en avait fourni le volume. Le calcul de densité effectué sur ces bases donne un chiffre surprenant qui laisse penser que Phobos est en partie creuse. L’équipe scientifique voudrait maintenant vérifier cette conclusion préliminaire.

En particulier, le radar MARSIS fonctionnera suivant une séquence spéciale pour essayer de voir l’intérieur de la lune et rechercher des structures ou des indices sur sa composition interne. « En savoir plus sur la composition de Phobos pourrait nous permettre d’en savoir plus sur sa formation », explique Olivier Witasse.



L’origine de Phobos est un mystère. Trois scénarios sont possibles. Le premier dit que la lune est un astéroïde piégé. Le second qu’elle s’est formée in situ pendant la formation de Mars. Le troisième que Phobos s’est formée plus tard que Mars, à partir de débris arrivés en orbite martienne suite à l’impact d’un grand météorite à la surface de la planète rouge.

Rejoignez la communauté SCIencextrA

BlogBang
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s